Article rédige le : 9 octobre 2012
Dernière mise à jour : 9 octobre 2012

Eau potable | Pollueur=Payeur?

Une étude publié sur le site gouvernemental (Ministre de l’Écologie, du développement durable et de l’énergie) du 30 septembre 2011 (mis à jour le 15 juin 2012) chiffre le coûts des principales pollutions agricoles de l’eau à 1.14 milliards d’Euro / ans.

Cette étude analyse certaines dépenses entraînées par les pollutions agricoles diffuses dues aux apports excédentaires d’azote et de pesticides.
Des dépenses supplémentaires des ménages entraînées par les pollutions agricoles des captages d’eau potable qui  concernent une partie  importante des ressources aquatiques polluées.

La pollution des eaux superficielles utilisées pour l’alimentation en eau potable.

Le réseau d’observation sur les eaux superficielles utilisées pour l’alimentation en eau potable porte sur 838 points de mesure, avec au minimum 1 prélèvement par an, donnant les résultats suivants :

– 39 % des prises d’eau de surface avec des teneurs en pesticides nécessitant un traitement spécifique.

Pollution des eaux souterraines utilisées pour l’alimentation en eau potable.
– 21 % des captages avec des teneurs en pesticides nécessitant un traitement spécifique.

Coûts des principales pollutions agricoles de l’eau

Les principaux résultats de l’étude par le Commissariat général au développement durable sont les suivants :

– Les dépenses additionnelles des ménages générées par ces pollutions pour les ménages sont évaluées dans une fourchette comprise entre 1 000 et 1 500 millions d’euros, dont 640 à 1140 millions d’euros répercutés sur la facture d’eau, représentant entre 7 et 12% de cette facture en moyenne nationale.

– Pour les ménages des localités les plus polluées, ces dépenses supplémentaires pourraient atteindre 494 euros par ménage ou 215 euros par personne, soit un surcoût de près de 140% de la facture d’eau moyenne 2006.

– Sur la base des coûts de traitement des nitrates et pesticides des installations de potabilisation, les coûts d’élimination totale des nitrates et pesticides des milieux aquatiques seraient respectivement supérieurs à 70 euros par kilogramme pour les nitrates, et à 60000 euros par kilogramme pour les pesticides.

Les coûts de potabilisation constatés sont compris entre 800 et 2400 euros par hectare d’aire d’alimentation de captage d’eau potable cultivé conventionnellement.

source en provenance du site gouvernemental

Pourquoi le principe Pollueur = Payeur ne s’applique-t-il pas?

Le consommateur est doublement concerné par le problème de l’utilisation des pesticides chimiques

1. Les pesticides chimiques, répandu dans la Nature, en particulier par l’agriculture intensive, se trouvent sur ou dans une partie de nos aliments.
2. Ce ne sont pas les agriculteurs, eux qui rependent les poisons dans la nature qui payent pour les dégâts causé par les pesticides et les apports excédentaires d’azote mais bel et bien les consommateurs d’eaux.

L’eau des nos nappes phréatiques est un bien vital pour les êtres vivantes qu’on doit protéger et qui doit rester sous régie publique.
Il faut combattre cette double injustice en appliquant « simplement » le principe de Pollueur=Payeur!

Le principe pollueur-payeur a été adopté par l’OCDE en 19721. Il figure dans l’Acte unique européen signé en 1986.

En France, il est défini par à l’article L110-1, II, 3° du code de l’environnement selon lequel « les frais résultant des mesures de prévention, de réduction de la pollution et de lutte contre celle-ci doivent être supportés par le pollueur. »

Les nombreuses  associations défendent les intérêts des consommateurs devront s’appuyer sur l’article L110-1, II, 3° du code de l’environnement pour que celui-ci
soit enfin applique pour combattre la pollution de l’eau et l’injuste de non application du principe Pollueur = Payeurs!!!

Sollicitez votre Mairie!


En France, ce sont les communes qui ont la responsabilité des services publics de l’eau potables, assainissement et eaux pluviales.

Les communes, ou leur regroupement, peuvent financer et gérer elles-mêmes le service de l’eau et/ou de l’assainissement : c’est le système de la régie publique et c’est le système le plus avantageux pour le consommateur.

Pourquoi c’est le consommateur qui payé pour la pollution cause par l’agriculture intensive?

La pollution représente entre 7 et 12% de notre facture d’eau (moyenne nationale)!

Les abonnées aux services d’eau (consommateurs) ne doivent pas payer ses 1140 millions d’euros ( 1.140.000.000 Euros) ou 1.14 milliards d’Euro supplémentaire par ans!

Il est nécessaire de revenir à une agriculture respectueuse envers l’environnent et se détacher de produits nocifs produites par des multinationales BASF,  Bayer, Monsanto, Dow Chemicals, …

Regardez cette vidéo « Vie et mort des sols, par Lydia et Claude Bourguignon

Puis cette vidéo : « Claude et Lydia BOURGUIGNON, mort des sols = mort des hommes !« 

Les commentaires sont fermées.