Article rédige le : 4 août 2011
Dernière mise à jour : 23 janvier 2017

Combien coûte l’eau du robinet, commune par commune ?

La loi prévoit que “chaque citoyen puisse accéder aux informations sur l’eau qui coule de son robinet”. Citation article Sud Ouest

Il n’existe, à ma connaissance, aucun site web, voire base de données publics, affichent les prix de l’eau de toutes les communes de la France!

Vous trouverez ici des informations partielles que j’ai pu trouver sur internet:

Prix du m3 d’eau par ville

Voici un site web avec une carte de la France qui me semble le site le plus complet en ce moment.
http://www.services.eaufrance.fr/

Le prix de l’eau dans les 130 plus grandes villes de France
http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/le-prix-de-l-eau-dans-les-130-plus-grandes-villes-de-france_1663021.html

Ces données ont été rassemblées grâce à la participation des communes, des structures intercommunales et opérateurs privés du bassin Artois-Picardie.
http://www.eau-artois-picardie.fr/aides-et-redevances-prix-de-leau/le-prix-de-leau-par-commune

 

Le projet du recensement du prix de l’eau sur le site www.prixdeleau.fr n’existe plus!

Sollicitez votre Mairie!

En France, ce sont les communes qui ont la responsabilité des services publics de l’eau potables, assainissement et eaux pluviales.

Les communes, ou leur regroupement, peuvent financer et gérer elles-mêmes le service de l’eau et/ou de l’assainissement : c’est le système de la régie et c’est le système le moins couteux pour le consommateur.

Elles peuvent aussi déléguer le service à une entreprise privée spécialisée, mais n’en restent pas moins responsables. En France 80% des communes ont fait le choix de confier la gestion de l’eau au secteur Privé, donc des multinationales comme Véolia, Suez et la Saur

Pourquoi vous devez solliciter votre Mairie ?

Au moment où la question du renouvellement des délégations se pose dans un grand nombre de communes en France, il est essentiel d’encourager les communes ou leur groupements à une plus grande transparence envers les citoyens sur le service public de l’eau. Mais toutes les communes ne poursuivent pas le même but, c’est à dire agir dans l’intérêt des usagers. Beaucoup de communes sont guide par d’autres intérêts, notamment financier et ” s’opposent ” au retour vers une gestion saine de l’eau potable et une eau moins couteuse pour l’abonné. Mais le prix n’est pas tout , car en “régie public” l’entretien des canalisations est bien meilleurs que par la gestion privée. Si votre commune se montre récalcitrant pour revenir vers une gestion public de l’eau je vous conseille de créer une Association entièrement dédie à la gestion de l’eau dans votre commune, regroupent d’autres usagers mécontents pour faire pression sur vos élus communaux. Malheureusement c’est souvent la seul perspective qui reste aux usagers. Les communes françaises “brillant” (dans le sens négatif) des taux de fuites des canalisations facturé à l’abonné. Le taux de fuite d’eau dans le réseau français se situe dans la moyenne de 25%! Le taux en 2007 était de 28 % en 2007. «Cela peut aller jusqu’à 50% dans certains endroits.»

Taux de fuite :

  • Paris, Tours, Reims, Limoges, La Rochelle gérées par le public de 3 à 12 % de fuites.
  • Marseille,Lille, Antibes, Dijon, Bordeaux, Nice, Toulon gérées par le privé de 17 à 27% de fuites.
  • Avignon 35% et Nîmes 41% de fuites et gérées aussi par Veolia et la Saur.
  • Muret 24%, Pougues les Eaux 26%, Arles sur Tec 44% gérées par Veolia.
  • Belin-Béliet 29% de fuites gérée par Suez.

Les fuites d’eau semblent inégalement réparties sur le territoire Français. Ainsi, les pertes atteignent jusqu’à 41 % à Nîmes, 35,5 % à Avignon, 31,7 % à Rouen, 28,7 % à Amiens et 26,7 % à Toulon. A l’opposé, le meilleur score est enregistré à Paris (3,5 %), Rennes (5 %), Reims et Tours (10 %), puis Limoges (11,7 %).

« Il existe deux sortes de Français : ceux qui payent leur eau au juste prix, et ceux qui la payent 25 à 45% trop cher, car sa gestion est confiée à une société privée ». Cette accusation sans appel est de Louis Linossier, directeur de l’association des consommateurs d’eau du Rhône, qui a fait baisser le prix de l’eau de 20% à Lyon. source

La France compte plus 900.000 kilomètres de canalisations d’eau, soit plus de deux fois la distance de la Terre à la Lune !
Les matériaux utilisés pour les canalisations sont différents selon les époques : 55 % des réseaux sont en fonte (grise ou ductile), 38 % en PVC, le reste dans des matériaux divers tels que l’amiante-ciment, l’acier ou le polyéthylène. Des matériaux qui réagissent différemment à l’usure naturelle, aux vibrations, aux mouvements de terrain ou à la topographie…

Il est important de savoir que depuis 1995, chaque mairie doit publier un rapport annuel sur le prix et la qualité des services (article 73 de la loi du 2 février 1995 et décret n°95-635 du 6 mai 1995). Ce rapport doit notamment comporter des précisions sur les travaux réalisés, en cours et envisagés, ainsi que sur l’endettement des services.

Selon un rapport de l’organisation de l’ONU pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la production agricole mondiale doit augmenter de 70% d’ici à 2050 afin de pouvoir nourrir l’ensemble de la planète et compenser la croissance démographique. A cet horizon, 2,3 milliard d’individus devraient avoir gonflé la population mondiale et la porter à un total de 9,1 milliards. Ceci aura un impact colossal sur la manière comment nous gérons l’eau potable voir notre environnement donc la qualité d’eau est fortement impacté.

Rappel réglementaire
La loi Grenelle 2 du 12 juillet 2010 a modifié le code général des collectivités territoriales et notamment son article L. 2224-7-1 qui impose aux communes (ou syndicats d’eau) la réalisation d’un schéma de distribution d’eau avant le 31 décembre 2013. Lorsque le taux de perte du réseau sera supérieur à un taux fixé par décret (non encore paru), un programme de travaux devra être mis en œuvre pour améliorer ce taux de perte.

Plus d’informations:

Les commentaires sont fermées.