Incroyable mais vrai, …

– les médecins qui dénoncent les pédocriminels sont sanctionné par le Conseil National de l’Ordre des Médecins!

– le Pr Fourtillan, âgé de 78 ans, qui soigne des gens avec la Valentonine, est pour la troisième fois arrêté et mise en prison!

– les médecins qui prescrivent l’Ivermectine aux patients atteints du Covid sont poursuivie et sanctionnée!

– les médecins non vaccinées sont interdit d’exercer leur métier!

– puis malgré des nombreuses alertes des Professeurs, médecins et scientifiques sur la toxicité de la protéine SPIKE ainsi de l’OXYDE DE GRAPHÈNE on continue avec ses injections expérimentales toxico-génique, faussement nommé “vaccins” anti-Covid, et le Conseil National de l’Ordre des Médecins continué à laisse faire, voir soutiens ce crime contre l’humanité qui se déroule actuellement devant nos yeux … Nous sommes actuellement arrivé à la 3ème dose alias “BOOSTER” puis suivrons la 4ème, la 5ème, la n’aime dose, allez tant que nous sommes chaque année 3 injections obligatoires et ceci à vie au grand profit financier de BIG-PHARMA et au détriment de notre capital qui vaut de l’or, grasse à notre système immunitaire, notre santé!

Incroyable mais vrai!

Cela en dit long sur l’éthique des « dirigeants » du dit “Conseil National de l’Ordre des Médecins” !

Les intérêts financiers de BIG PHARMA priment, de manière inquiétante, sur notre santé voir la mettant carrément gravement en danger!

Suite aux fausses informations divulguées par les médias concernant l’essai clinique sauvage réalisé par le Professeur Jean-Bernard Fourtillan et Henri Joyeux, un groupe de soutien au Professeur a décidé de mettre en place un site pour faire connaître la vérité au grand public.

Le droit de réponse officiel du Professeur Jean-Bernard Fourtillan, transmis aux médias le mardi 22 octobre 2019, où il répond aux accusations de la Presse : cliquez ici pour y accéder.

Important : les malades ont créé l’association MALUVAL qui compte déjà plus de 670 adhérents. Afin de les soutenir, vous pouvez adhérer gratuitement à cette association directement en ligne en cliquant ici

Jean-Dominique Michel, anthropologie de la santé : La corruption systémique des systèmes de santé dévoilée !

Le 9 juillet 2018, le Président Emmanuel Macron a participé à un dîner secret avec le « Club Dolder ».

Ce lobby réunit les 25 patrons les plus puissants de l’industrie pharmaceutique mondiale et manœuvre en coulisses depuis 40 ans en vue d’établir un monopole total des médicaments chimiques sur la santé des Français


L’heure des comptes Covid sonnera un jour, la justice pénale est saisie


Trop c’est trop! le monde libre de toute influence pharmaceutique a vu ce mois-ci arriver la limite du tolérable en terme de recul de ses libertés. Prorogation de passes sanitaires absolument imbéciles, violations perpétuelles des droits du public à une information contradictoire, restriction généralisée des autorisations de déplacement, intrusion permanente des industriels du médicament dans la gestion des politiques publiques, empoisonnement des population par administration forcée de pseudo-vaccins totalement inefficaces quelques semaines après injections (1), certainement non conformes au droit européen (2), épouvantablement toxiques (3)(4)(5), refus catégorique de reconnaître l’existence de thérapeutiques tant  préventives que curatives (6), répression féroce de tous les opposants à la politique édictée par Pfizer et ses employés (7), mais où va le monde? La France Libre et quelques-uns de ses représentants ont choisi de saisir la justice en désespoir de cause. Si celle-ci décide d’instruire, les conséquences seront incalculables en terme de retour à une démocratie respectueuse de ses fondamentaux essentiels… source

Quelques courts extraits de la plainte déposé contre X par Maître Virginie DE ARAUJO-RECCHIA devant le Tribunal judiciaire de Paris le 4 Novembre 2021.

Du chef :
• D’ABUS FRAUDULEUX DE L’ÉTAT D’IGNORANCE ET DE LA SITUATION DE
FAIBLESSE (ARTICLE 223-15-2 DU CODE PÉNAL)

• DE COMPLICITÉ D’EXTORSION ET DE TENTATIVE D’EXTORSION
(ARTICLES 312-1 ET 312-9 DU CODE PÉNAL)

• DE COMPLICITÉ D’EMPOISONNEMENT ET DE TENTATIVE
D’EMPOISONNEMENT (ARTICLE 221-5 DU CODE PÉNAL)


Actuellement, les médias grand public relaient sans relâche les informations suivantes
notamment :

En matière de santé, les citoyens français doivent pouvoir donner un consentement libre et éclairé avant tout acte médical.

De nombreux citoyens français et professionnels de santé se sont fiés aux informations délivrées par les médias grand public, ce qui a entraîné une asymétrie d’information causant un biais du consentement et une ignorance de la situation réelle.

En matière de santé publique, la représentation nationale aurait dû pouvoir accéder à des informations loyales, transparentes, contradictoires, étayées par des faits et des analyses scientifiques, ce qui n’a pas été le cas. Des mesures qualifiées par certains de « liberticides » ont été prises tout au long de la crise, sans que le débat n’ait pu avoir lieu au Parlement sur la base des données scientifiques réelles.

Les médias doivent pourtant s’efforcer de fonder leurs publications sur des analyses scientifiques et sur le principe du contradictoire dans le respect des canons de la Science.

Par conséquent, les médias grand public, dont le devoir et le rôle est de fournir aux citoyens français des informations loyales, transparentes et vérifiées, ont engagé leur responsabilité.

Les GAFAM ont engagé leur responsabilité en censurant des informations, ce qui a potentiellement entraîné une perte de chance d’être soigné pour des citoyens, des informations qui auraient pu sauver des vies humaines.

Enfin les liens de collusion et la concentration entre les différents protagonistes semblent avoir mené à la crise actuelle.

A. ABUS DE FAIBLESSE ET D’IGNORANCE CONDUISANT LES CITOYENS
FRANÇAIS SOUS SUJÉTION PSYCHOLOGIQUE À SE SOUMETTRE À UN
ESSAI CLINIQUE DE THÉRAPIE GÉNIQUE

  1. En droit :

Conformément à l’article 223-15-2 du code pénal, est puni de trois ans d’emprisonnement et de 375 000 euros d’amende l’abus frauduleux de l’état d’ignorance ou de la situation de faiblesse:

Lorsque l’infraction est commise par le dirigeant de fait ou de droit d’un groupement qui poursuit des activités ayant pour but ou pour effet de créer, de maintenir ou d’exploiter la sujétion psychologique ou physique des personnes qui participent à ces activités, les peines sont portées à cinq ans d’emprisonnement et à 750 000 euros d’amende.

Et voici une superbe vidéo avec le brillant Mr Idriss Aberkane !!!!