Pesticides dans l’eau du robinet : les instructions du ministère de la Santé

09 mai 2011

La Direction générale de la santé vient de définir de nouvelles modalités de gestion des situations de dépassement des limites de qualité pour les pesticides dans l’eau du robinet. Présentation.

Lorsque le dépassement d’une limite de qualité est confirmé et que la personne responsable de la production ou de la distribution d’eau a mené une enquête pour en déterminer la cause, des mesures correctives doivent être mises en œuvre. « L’objectif est en effet de limiter l’exposition de la population le plus rapidement possible et de rechercher le retour à une situation de conformité dans les plus brefs délais », précise le ministère de la Santé.

Le responsable doit d’ailleurs assurer immédiatement auprès des consommateurs une information assortie de conseils. Cette information doit comprendre des restrictions d’usages pour l’ensemble de la population, lorsque la distribution de l’eau constitue un risque pour la santé.

Lisez la suite sur : http://www.wk-hsqe.fr/

Et voici un extrait du document: Instruction DGS/EA4 no 2010-424 du 9 décembre 2010 relative à la gestion des risques sanitaires en cas de dépassement des limites de qualité des eaux destinées à la consommation humaine pour les pesticides en application des articles R.1321-26 à R.1321-36 du code de la santé publique

Les pesticides sont essentiellement utilisés en agriculture (pour protéger les plantes contre les nuisibles) et, dans une moindre mesure, pour l’entretien des voiries, des espaces verts et des jardins privatifs (comme désherbants, notamment). Ces substances peuvent alors se retrouver dans les eaux brutes utilisées pour la production d’eau potable et, si l’installation de traitement ne les élimine pas, dans les eaux distribuées au robinet.
Certaines études font état que les pesticides peuvent être à l’origine de cancers, d’effets neurotoxiques et d’effets sur la reproduction (baisse de la fertilité). Toutefois, aucune étude n’est aujourd’hui disponible sur les risques pouvant être liés à la consommation d’eau non conforme à des concentrations telles que celles observées en France. Il convient également de rappeler que la source principale de l’exposition aux pesticides par ingestion est l’alimentation.
Afin de limiter l’exposition de la population aux pesticides, les agences régionales de santé (ARS) sont chargées de suivre la teneur en pesticides dans les eaux destinées à la consommation humaine (EDCH) dans le cadre du contrôle sanitaire et d’apporter leur expertise au préfet dans la prévention et la gestion des risques sanitaires liés à la présence de pesticides dans les eaux distribuées au robinet, en application de la directive 98/83/CE du Conseil du 3 novembre 1998 relative à la qualité des eaux destinées à la consommation humaine, transposée dans le code de la santé publique (CSP).

—————————————————————————————————–

En 2008, les ventes de produits phytosanitaires atteignent 2,079 milliards d’euros (78 600 tonnes de matières actives) en France, affichant une croissance de 14 %, consécutive à celle de 6 % en 2007. Les ventes de fongicides ont augmenté de 17 %. Les ventes d’herbicides ont progressé de 16 %. Tandis que les ventes d’insecticides sont en retrait de 23 %. Au plan international, le marché des pesticides représente 31 milliards de dollars en 2005, avec une répartition par famille de produits de près de la moitié du CA mondial pour les Herbicides et d’un quart de celui-ci pour les Fongicides et les Insecticides.